14/08/2019

Au revoir Flam !

C'est le coeur lourd que je prends la plume pour vous parler d'Yves Flamant décédé ce lundi 12 août.

Il fût un temps où Flam' représentait une pierre angulaire du Club Anjou Aéroglisseurs. Durant les années 80, les courses d'aéroglisseurs en étaient à leurs balbutiements et Yves avec son compère Eric avaient pris la direction de courses pour y apporter leurs touches personnelles et décalées par rapport à ce qui se faisait précédemment en France mais aussi aux organisations anglaises. Il fait partie, comme ceux de sa génération qui ont intégré le Club Anjou à cette époque, de L'ADN du Club Anjou Aéroglisseurs. C'est à dire une volonté d'organiser les manifestations et de recevoir les étrangers comme il se doit. Il aimait à dire: "Au Club Anjou, on n'oblige personne, chacun s'investit en fonction de ce qu'il a envie de faire".
Cela a toujours perduré ainsi.

Yves fût surtout Le directeur de courses du premier Championnat du monde d'aéroglisseurs organisé en France. C'était à Verneuil sur Seine en 1993. Épaulé par son homologue britannique Barry Oakley, il a mené d'une main de maître cette compétition regroupant plus d'une centaine de machines prouvant ainsi que les français savaient organiser des courses d'envergure. Mais ce ne fût pas son seul exploit. Durant une décennie, il a représenté l'autorité sur les courses d'aéros. Reconnu par ses pairs dans les pays européens, il était toujours prêt à aider sur les manches européennes ou mondiales outre France.

Le Club Anjou perd un ami. A titre personnel, je perds celui qui fût un temps mon maître, mon mentor. Si j'ai eu la chance de prendre la direction des courses, c'est grâce à Flam. Il devait délaisser cette passion au milieu des années 90 pour une mutation professionnelle sur Djibouti, Yves m'avait proposé cette place qui devenait vacante. Avant son départ, j’ai le souvenir de longues soirées à échanger avec lui et Eric sur la fonction de "directeur de courses". Nous discutions beaucoup jusque tard dans la nuit, c'est la raison pour laquelle nous devions nous désaltérer. De ces bons moments, je retiens d'Yves, sa grande capacité d'écoute, sa très grande tolérance. Yves ne jugeait jamais les autres, il les écoutait, mais il n'en avait pas moins son avis pour autant. Parfois "grande gueule", mais quand on dirige plusieurs dizaines de pilotes acharnés, il faut parfois élever le ton, il savait être impartial et objectif dans ses décisions.

Quand il est revenu de Djibouti, il a bien sur repris sa place, et ses habitudes. L'âge aidant mais surtout sa rencontre avec Sophie, ont tempéré ses excès de jeunesse. Il regardait l'aéro avec de plus en plus de recul et son action au Club Anjou était plus distante sans doute dû aussi à son éloignement sur Orléans. Ceci étant, lors de nos organisations de Grez-Neuville, il était toujours là pour filer le coup de main et passer de bons moments.

Yves s'en est allé ! Flam, va me manquer ! Il va tous nous manquer !

Au paradis des aéros, Yves a dû y retrouver d'autres membres du Club, qui comme lui sont partis trop tôt. Avec Michel Michon, Dudule et Momo, les apéros vont être mémorables et les discussions à propos d'aéros vont être enflammées.

P'ti Lolo

Si vous le souhaitez vous pouvez laisser un message ci-dessous, l'ensemble des messages sera transmis à sa famille.


Nom :
e-mail :
Votre Message :


La Gazette



2018-09-26

A Burin on est bien - EPISODE 2

Tout juste revenus de Saalburg au petit matin du mardi 11/09, nous accueillons dès le vendredi après-midi Chloé et Raphaël de « Targo TV » (chaine de télévision en réalité virtuelle = 360°).

Petite parenthèse pour indiquer en passant que la revue de presse du championnat du monde est disponible sur le site dans la rubrique « News WHC2018 ».

Parenthèse fermée.  Retour au vendredi 14/09 : La fin d'après-midi permet de faire connaissance rapidement avec l'équipe de Targo TV et d'enchaîner sur des interviews d'un nouveau genre : l'interview se doit d'être effectuée seul devant caméra (une boule avec 6 objectifs) et micro … 360° oblige : les intervieweurs eux se cachent ! Le Chef est le premier à s'y essayer dans son atelier à Vern, puis après deux heures direction le local du Château d'eau au Lion où nous attend le reste de la troupe. C’est Jean-Pierre qui s’y colle pour la partie histoire. Prises de vue jusqu'à 20H, où tous les recoins de notre local y passent sans oublier la guinguette avec chargement des machines et camions compris.

Samedi matin 8H rendez-vous est fixé … au château d'eau pour le départ vers Burin cadre du reportage courses ! Départ en convoi, caméra embarquée sur la remorque « mad max » avec arrêt à Vern où Patrick nous attend pour le café nantais/croissants. Ce qui permet à l'équipe de Targo de récupérer au vol la caméra. Ça aurait fait long jusqu'à Burin.



10h30, arrivé à l'étang de Kernevy. Le terrain est préparé aux petits oignons aussi bien que pour la démo de pentecôte ! Merci « Burin ».



 Nous rejoignent les Nantais ainsi que Denis. Puis c'est montage « light » du circuit ainsi que des postes de prises de vue. Dont une « tyrolienne ».  S'en suit une interview de Denis (pause obligée pour tous les autres), avant la pose des bouées en aéro et enchaînement avec le repas préparé par Joël et ses fidèles acolytes.

L'après-midi est consacrée aux simulations de courses, briefing pilotes et commissaires compris. Tout comme en vrai. Le départ (entre la caméra) n'est pas fictif : Denis en fond de grille, part comme une balle … sauf qu'on est plus à Saalburg, et qu'AC sur le F1 « de plaisance » reste malheureusement scotchée sur la grille : conséquence AC out avec strike de la banderole Anjou qui finit dans l'eau et échappement de Denis bien amoché. Mimi déchire une bonne partie de ses jupes sur l'entrée terre côté paddock. Tout ça sans doute faute de reconnaissance générale … Deuxième départ sans anicroche mais Christian voit Denis escalader sa machine... faute à une pale cassée sur le F50, incident de course ! Bref une semaine à Saalburg sans anicroche et là euphorie « Burin » oblige retour au paddock avec des machines en « vrac ».


Ce qui n'empêche pas la bonne humeur de régner, soleil au rendez-vous : le proverbe « à Burin on est bien » est de mise. Un grand merci à Robert et à notre Président pour s'être démenés et obtenir les autorisations nécessaires en un temps record. Merci également au département du Morbihan. Comme quoi « quand on veut, on peut ! »

Lien vidéo des coulisses ici : https://www.youtube.com/watch?v=TDxVRn3mStw

Mise en ligne de la vidéoTargo dans les semaines à venir. A suivre sur le site suivant :

https://www.targostories.com/

Préparez vos casques pour le visionnage en 360° !

Rendez-vous est donné pour le Show Nautique de Burin 2019 qui se déroulera le 9 juin prochain.

Place maintenant au repos, entrecoupé de la dernière sortie de l'été : une exposition à Châtelais (sur la route de Craon après Segré) dans le cadre de la fête des Loisirs Mécaniques. Ce sera dimanche 30 septembre prochain, alors si vous êtes dans les parages rejoignez-nous !

Téléthon : on y travaille, à suivre,